9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 19:45

 

 

Arrivé, ou quasiment arrivé, au maximum de mes possibilités sur les distances allant jusqu'au semi marathon compte tenu de mon investissement dans l'entraînement, je me suis décidé en décembre à tenter l'aventure sur le marathon de Paris.

Cette nouvelle épreuve présentait un double intérêt à mes yeux.

Non seulement courir les 42.195kms de la distance mythique, mais également découvrir un nouveau type de préparation (sortie longue, ravitaillement...).

 

Mon premier cycle de préparation débutait en janvier et se terminait aux 10kms du Ravensberg. Le froid était au rendez-vous de certaines séances mais tout ce qui était prévu a pu être passé.

 

 

Le deuxième cycle s'enchaînait juste après avec les premières sorties de 2h pour me mener au semi de Fleurbaix où là encore je restais sur ma faim niveau sensations avec cette météo calamiteuse...

 

 

Enfin un ultime cycle venait finaliser cette préparation avec une augmentation de la durée des sorties longues (jusqu'à 2h30) tout en continuant à garder du rythme et du renforcement musculaire. Les bonnes jambes ont commencé à se manifester durant ce dernier volet, ce qui me mettait en pleine confiance pour aborder l'objectif fixé, en concertation avec Julien, à 2h55' (4'08"/km).

 

 

Mon marathon...

 

Sur place depuis la veille avec Sandra pour retirer la dossard, nous prenons la direction du métro à 6h45 pour rejoindre les Champs Elysées où sera donné le coup de pistolet.

Après repérage des différents sas, je me prépare tranquillement et effectue un petit échauffement où j'aurais le grand plaisir de rencontrer Julien !

Vers 8h, j'entre dans mon sas et salue Alex Purnelle de l'autre côté (il fera un excellent 2h29' !).

L'heure du départ approche. Je me retourne et vois toute cette foule avec en toile de fond l'Arc de Triomphe : impressionnant !

Arrive le décompte... puis le coup de feu. Quelques secondes plus tard c'est parti !

 

Le 1er km est en descente, donc pas de souci ça déroule. J'essaie de profiter un maximum de cet instant et me cale assez vite sur le tempo prévu : 4'08"/km.

Je bois une 1ère gorgée. Tout a l'air de bien se dérouler de ce côté là, tant mieux !

 

 

Les sensations sont plutôt bonnes et je me freine volontairement car la route est longue.

Le flot de coureurs est important mais je m'attache à rester concentrer sur mon propre rythme.

 

Au 10ème km, j'effectue un pointage qui me confirme que je suis parti sur les bonnes bases : 41'09". Je continue à boire par petites gorgées et pour le moment les conditions météo restent optimales dans la fraîcheur du bois de Vincennes.

 

Nous approchons maintenant du semi. Je vais avoir une idée un peu plus précise du chrono car avec les coupures, les kms du GPS ne sont plus fiables.

1h26'43" : c'est parfait ! Les sensations sont toujours bonnes et je ne pioche pas, de quoi envisager sereinement la suite.

Nous continuons d'évoluer sur la même allure jusqu'au 25ème km (1h42'57") avant d'entrer sous le tunnel nous menant au 26ème km.

L'enchaînement des ponts passe bien et je me dis que je devrais être au 29ème km sous les 2h.

Je passe en 1h59'57".

 

 

Il fait un peu plus chaud aux abords du 30ème km où le chrono indique 2h03'57". Toujours parfait par rapport à mes prévisions.

La fatigue musculaire commence toutefois à se faire sentir mais ça roule... jusqu'au moment où après avoir bu une goutte d'isostar, je suis pris de remontées acides...

Je décide de stopper la boisson, car connaissant mon organisme à ce sujet, si je poursuis, les problèmes vont s'amplifier...

Il est certain que ce n'est pas le bon moment (la température s'est élevée de quelques degrés) et encore moins une stratégie recommandable ! Mais je ne veux pas connaître les mésaventures passées...

Je me reconcentre sur ma course afin de bien aborder la montée du 33ème km.

Mon allure faiblit mais je ne m'affole pas au vu du profil du parcours à cet endroit. Ma foulée reste propre et je me sens relâché.

Je retrouve alors un coureur avec qui j'étais en début de course. Il est bien encouragé par des amis en vélo. Je m'accroche et maintiens un petit 4'30"/km.

Sur le replat, la relance espérée n'est pas au rendez-vous... je reste à la même vitesse. Les 2h55' vont être difficile mais j'y crois encore car j'ai tellement pensé à ce final pendant toute ma préparation !

Seulement, la déshydratation s'accentue et après un virage au 39ème, mes difficultés s'amplifient encore. Désormais je ne suis plus acteur de ma course. Je ne sais pas comment je fais pour avancer mais j'avance aux alentours de 12km/h. Les secondes s'égrainent et je suis encore assez lucide pour me dire que si je n'ai pas un regain d'énergie sous la flamme rouge, même les - de 3h ne seront pas jouables.

La tête insiste mais les jambes ne répondent pas. Je profite alors comme je peux de ce final, de ces 200 derniers mètres où j'entends les encouragements de Sandra sans pouvoir la distinguer dans la foule.

Je franchis la ligne en 3h00'56" à ma montre sans déception car j'ai tout donné.

Je suis complètement sec... je peine à rejoindre la table des bouteilles d'eau et déjà l'incompréhension hante mon esprit... c'est le sport !

 

 

Vidéos : ICI

 

Partager cet article

commentaires

laurent 22/04/2017 14:29

Salut
Bon moi j'avais pris le parti de ne prendre que de l'eau aux ravitos + mes gels liquide et c'etait bien passé, l'isostar tu n'avais pas testé avant ?

dam-s.run 22/04/2017 14:47

Si si, testé durant toutes mes sorties longues (depuis début février) et même certains sorties allure semi... mais il ne faisait pas la même température. Je pense qu'en m'arrosant cela aurait limité la déshydratation ou au moins retardé (je me demande encore aujourd'hui pourquoi je ne l'ai pas fait...).

roland 12/04/2017 19:37

bravo damien la prochaine fois ca passera il faut juste trouve le ravito qui convient

dam-s.run 16/04/2017 20:34

Merci Roland, je pense que c'est la déshydratation qui est la cause de cette perte de 5' en 5kms... L'apprentissage du long...;-)

Kilométrage annuel

 

 

ANNEE 2009 : 3 255 Kms

ANNEE 2010 : 3 526,9 Kms

ANNEE 2011 : 3 341,7 Kms

               + 2 001 Kms vélo

ANNEE 2012 : 2 992,1 Kms

               + 3 686,9 Kms vélo

ANNEE 2013 : 2 872,4 Kms

               + 3 110,9 Kms vélo

ANNEE 2014 : 2 999 Kms

               + 3 418 Kms vélo

ANNEE 2015 : 3 002 Kms

               + 3 308,3 Kms vélo 

ANNEE 2016 : 3 095.2 Kms

               + 3 360.3 Kms vélo

ANNEE 2017 :

 

Janvier : 315.4kms + 185.1kms vélo

Février : 307.6kms + 130.3kms vélo

Mars : 352.5kms + 139.5kms vélo

Avril : 209.3kms + 374.2kms vélo

Mai : 244.4kms + 314.2kms vélo

Juin : 200.5kms + 391.2kms vélo

Juil : 226.7kms + 430.8kms vélo

Août : 282.9kms + 462kms vélo

Sept : 

Oct : 

Nov : 

Déc : 

 

Boîte à Training

 

Les différents marquages sur la piste d'athlétisme de 400 mètres

(cliquez sur l'image pour agrandir)

 

Piste-400m.jpg

 

Calculez votre VMA, votre VO2, vos différentes allures... c'est ICI 

 

Renforcement musculaire : 

   

 

 

Dist   200 300 400 500 600 800 1000
Vit                
12,5   58" 1'26" 1'55" 2'24" 2'53" 3'50" 4'48"
13   55" 1'23" 1'51"  2'18"  2'46" 3'42" 4'37"
13,5   53" 1'20" 1'47"  2'13" 2'40" 3'33" 4'27"
14   51" 1'17" 1'43" 2'09" 2'34" 3'26" 4'17"
14,5   50" 1'14"  1'39"  2'04"  2'29" 3'19" 4'08"
15   48" 1'12" 1'36" 2'00" 2'24" 3'12" 4'00"
15,5   46" 1'10" 1'33"  1'56"  2'19" 3'06" 3'52"
16   45" 1'07" 1'30"  1'52"  2'15" 3'00" 3'45"
16,5   44" 1'05" 1'27"  1'49"  2'11" 2'55" 3'38"
17   42" 1'04" 1'25" 1'46" 2'07" 2'49" 3'32"
17,5   41" 1'02" 1'22"  1'43"  2'03" 2'45" 3'26"
18   40" 1'00" 1'20" 1'40" 2'00" 2'40" 3'20"
18,5   39" 58" 1'18"  1'37"  1'57" 2'36" 3'15"
19   38" 57" 1'16"  1'35"  1'54" 2'32" 3'09"
19,5   37" 55" 1'14"  1'32" 1'51" 2'28" 3'05"
20   36" 54" 1'12"  1'30" 1'48" 2'24" 3'00"
20,5   35" 53" 1'10"  1'28" 1'45" 2'20" 2'56"
21   34" 51" 1'09"  1'26" 1'43" 2'17" 2'51"